Négociations annuelles obligatoires à Publihebdos : acte 1

Négociations annuelles obligatoires à Publihebdos : acte 1

Chaque année, la direction de l’entreprise réunit les représentants syndicaux pour recueillir des demandes précises pour l’année à venir. C’est l’occasion de revendiquer par exemple des augmentations générales de salaires, plus de tickets restaurants,… en fonction des documents officiels sur l’entreprise que la direction est « censée » nous communiquer. Censée, car malgré nos sollicitations en janvier, nous n’avons pu obtenir par exemple les tableaux sur les salaires 2020 dans l’entreprise (encore moins celui sur les augmentations individuelles).

Cette année particulière, la visioconférence a remplacé les réunions en présentiel et ce vendredi 12 mars 2021, seuls les élus Info’Com-CGT et CFDT ont répondu présent à l’appel pour exposer leurs doléances regroupées dans une pétition commune.

Augmentation générale et prime

Les représentants syndicaux Info’Com-CGT et CFDT demandent ainsi cette année une augmentation de 200 euros pour les salaires inférieurs à 2 500 euros (brut), et une augmentation de 100 euros pour les salaires de plus de 2 500 euros.

De même, «comme l’intéressement ne devrait pas être déclenché cette année» selon Francis Gaunand, et alors que les salariés de Publihebdos n’ont pas eu de prime Macron en 2020, les représentants du personnel enjoignent à la direction de substituer une prime d’intéressement de 2 000 euros.

En effet, si l’entreprise a maintenu les salaires à 100% pendant le chômage partiel l’année dernière, tous les salariés, que ce soit en télétravail ou en présentiel, ont donné beaucoup de leur énergie et de leur temps pour s’adapter et travailler différemment afin de sortir de beaux journaux malgré tout, afin de maintenir de bons scores d’audience sur le web, coûte que coûte.

La journée de solidarité en cadeau

La cyber-attaque de fin d’année a d’autant plus fragilisé les travailleurs qui ont dû faire preuve encore une fois de flexibilité et de disponibilité, sans compter les heures et l’énergie à s’arracher les cheveux quand les outils ne fonctionnent plus correctement.

Le pouvoir d’achat des salariés est d’autant plus malmené qu’en situation de télétravail sanitaire « forcé », la direction refuse de prendre en charge les frais domestiques liés au travail à la maison 5 jours sur 7.

Par ailleurs, les représentants Info’Com-CGT et CFDT de Publihebdos revendiquent que soit offerte à l’ensemble des salariés du groupe la journée de solidarité (lundi de Pentecôte).

Pour cette première réunion, la direction a pris note de nos demandes : les négociations se poursuivront.

jeudi 25 mars 2021…
Les élus Info’Com-CGT et CFDT de Publihebdos