Retour à l’activité partielle, pas de prime d’intéressement 2021, mais un caprice

Retour à l’activité partielle, pas de prime d’intéressement 2021, mais un caprice

Les élus et élues du CSE Publihebdos ont participé aux deux réunions CSE qui se sont tenues par visio-conférence les 23 et 25 mars 2021.

Mardi 23 mars, les élus et élues CFDT étaient conviés à une réunion extraordinaire du CSE/SSCT pour se prononcer sur l’actualisation du plan de reprise d’activité et de recours à l’activité partielle à Publihebdos.

Activité partielle à Publihebdos

A la suite des annonces du Premier ministre concernant un nouveau confinement dans 16 départements à compter du 20 mars 2021, un état des lieux a été effectué, plusieurs journaux de Publihebdos étant concernés.

La direction a choisi d’agir « par précaution ». Il a donc été décidé de fermer dès à présent les accueils.

Un impact négatif en matière de publicité et d’annonces légales est craint sur les journaux gratuits, même si ceux du Havre et de Rouen ont pu normalement sortir aux dates prévues.

Les journalistes des gratuits pourraient donc être également concernés par de l’activité partielle, comme les personnels des ateliers et imprimeries, même s’il ne s’agirait vraisemblablement pas d’activité partielle à 100%.

Un salaire maintenu à 100 %

Le dossier, approuvé à l’unanimité par les élus du CSE, tel qu’il sera déposé à la Direccte, concernera la période du 20 mars au 30 avril 2021 pour un périmètre couvrant toute la zone de l’entreprise.

Il y est fait état de 172 personnes potentiellement concernées pour un total maximal de 172230 heures.

Depuis le mois de janvier 2021, la situation sanitaire a eu tendance à se détériorer au sein de Publihebdos avec la découverte d’un cluster dans une rédaction avant un léger mieux.

Comme lors des deux précédents confinements, la direction a indiqué poursuivre le maintien intégral du salaire.

Quel avenir pour les titres en difficulté ?

Les élues et élus CFDT, toujours soucieux de la préservation de l’emploi au sein de Publihebdos, ont souhaité recevoir des informations sur le devenir des journaux en difficulté depuis plusieurs mois, voire années.

Le sort de plusieurs journaux a ainsi été évoqué avec à chaque fois, la même réponse : « Il n’est pas question de fermer boutique ».

Le directeur délégué a ainsi confirmé que le bassin de vie d’un journal du Calvados était tourné vers la région caennaise et que par conséquent, le contenu de ce journal serait enrichi par des informations de la région de Caen.

Les autres journaux à la santé précaire connaissent, semble-t-il malgré un effectif constant, un résultat meilleur que le prévisionnel après parfois un repositionnement sur le coeur de cible.

Une riposte qui inquiète

Un état des lieux des journaux gratuits était demandé ; la direction fera un retour après ce troisième confinement.

Cependant, un point a retenu l’attention des élus et élues de la CFDT : à savoir l’arrivée sur l’Orne d’un mensuel gratuit de la Manche Libre par le biais de Tendance Ouest.

Deux élues CFDT se sont interrogées sur la pertinence de la riposte de Publihebdos qui a décidé de sortir un gratuit « à la va vite » pour le début avril.

La direction a indiqué qu’il s’agirait d’un « one shot » pour asseoir la position historique de nos journaux sur ce département très couvert par Publihedbos avec des hebdomadaires à Argentan, Alençon, L’Aigle, Mortagne, Flers, Domfront.

La question du contenu est épineuse pour les élues et élus CFDT qui verraient d’un très mauvais oeil cette nouvelle tâche échoir aux journalistes déjà fort occupés par leurs journaux respectifs.

La direction s’est voulue, une nouvelle fois, rassurante, arguant du fait que les journalistes ne seraient pas en première ligne, « la réaction des trois éditeurs concernés a été unanime pour mener cette opération », a conclu la direction sans emporter l’adhésion des élues CFDT.

L’ensemble des élues et élus CFDT veillera à ce qui ne semble être qu’un «caprice de Publihebdos »ne soit pas une charge supplémentaire pour les journalistes déjà écartelés, au-delà du raisonnable, entre print et web.

Prime dite Macron

La direction a annoncé que le sujet de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (dite Prime Macron) avait été abordé le matin même dans le cadre des NAO et qu’elle se poursuivrait dans ce cadre.

La date butoir pour un tel versement est encore inconnue.

Dans le même temps, la direction a réaffirmé l’absence de prime d’intéressement cette année.

Congés, RTT : des soldes importants à ne pas perdre

Concernant la prise des RTT et congés payés, la direction reconnaît que les soldes sont plus importants que les années précédentes pour cause de Covid peu propice aux poses de vacances. La direction a rappelé que les CP devaient être pris avant le 31 mai tandis que les RTT se considéraient sur l’année civile. « S’il existe une tolérance à reporter les CP, il est expressément demandé de les prendre durant l’exercice suivant au risque de les perdre » a-t-elle averti.

Télétravail à revoir

Après les discussions sur un possible accord sur le télétravail, négociations dont la CFDT s’est retirée après que la direction de Publihebdos a dit ne pas vouloir aller au-delà de 20 jours de télétravail par an, l’heure n’est plus à l’urgence. «  Nous sommes toujours et encore pour un bon moment dans un télétravail dans un contexte sanitaire ». La direction a proposé de rouvrir les discussions au moment de la sortie de crise afin d’aller soit vers un accord soit vers une charte.

Chèques vacances papier ou connectés

Les chèques vacances sont reconduits cette année pour un montant de 180 euros avec une participation de 50 euros pour l’essentiel des salariés contre 60 euros pour les cadres, rédacteurs en chef et rédacteurs en chef adjoints.

Les chèques, pour la première fois, seront soit connectés soit papier. Le retour des salariés devra être effectué pour le 12 mai dernier délai pour une remise vraisemblablement courant juin.

Les critères d’attribution sont une présence dans l’effectif au 31 mars depuis au moins trois mois ou pour les CDD six mois durant les deux dernières années.

Paywall

L’idée d’un Paywall n’est pas abandonnée mais le développement actuel concerne « Mon actu », une phase en mode connecté qui permettra de personnaliser l’expérience utilisateur. Disponible courant juin, il permettra ensuite la mise en place d’offres avec du contenu payant.

Le prochain CSE se tiendra le 22 avril 2021 avec la troisième réunion NAO le matin.

Les élues et élus CFDT PUBLIHEBDOS