Publihebdos : et si l’on parlait de la qualité de vie au travail ?

Publihebdos : et si l’on parlait de la qualité de vie au travail ?

Alors que débute la traditionnelle Négociation annuelle obligatoire (NAO pour les initiés) lors de laquelle vos représentants syndicaux tentent d’obtenir au prix de sang et de larmes de petites augmentations de salaire pour au moins maintenir votre pouvoir d’achat au-delà de l’inflation, il serait peut-être aussi temps de se pencher sur la qualité de la vie au travail. Un ouvrage remis cent fois sur le métier par les élus CFDT au cours des dix dernières années, toujours rejeté par la direction, qui dans cette phase post-covid prend cependant une importance toute particulière.

Prenons un peu de recul. Aux Etats-Unis, en quelques mois, des millions de salariés ont quitté leurs postes de travail, parfois de façon tonitruante, parfois de façon collective. Le phénomène, observé par les économistes et les spécialistes en management, a été surnommé « Grande démission ».

Souvent, la pandémie a agi comme un révélateur et a amené ces salariés à s’interroger sur leurs priorités : en quête de sens, ils entendent ainsi passer plus de temps avec leur famille, privilégier les entreprises leur proposant du télétravail ou mener des projets personnels. Mais il ressort surtout des enquêtes qu’ils cherchent ainsi à obtenir un meilleur salaire, de meilleurs avantages, faire évoluer leur carrière en bénéficiant de davantage de flexibilité dans leur travail.

Le phénomène n’est pas encore arrivé à ce niveau en France, même si selon les derniers chiffres de la Dares, le nombre de démissions en CDI s’est accéléré au second trimestre 2021, pour atteindre, en juin et juillet 2021, des niveaux de 10,4 et 19,4% au-dessus des moyennes observées en 2019.

Côté Publihebdos, on note que les offres d’emploi sont relativement nombreuses au sein du groupe et que certains secteurs peinent – sinon à recruter – au moins à maintenir des effectifs pérennes. Les salaires “au ras des pâquerettes” et la précarité de bon nombre de ces offres en CDD, que l’on ne peut que déplorer, n’aident d’ailleurs pas à la constitution d’équipes stables.

C’est dans ce contexte que la section CFDT va proposer à la direction d’ouvrir les négociations en vue d’un accord global de « Qualité de vie au travail » abordant :

  • L’échange entre les collaborateurs et l’encadrement :
    • Communication de la direction vers les salariés
    • Communication des syndicats avec les salariés
    • Prévention contre les atteintes sexistes et sexuelles
    • Risques psychologiques
    • Prévention du management toxique
  • La charge de travail dans sa globalité :
    • Effectifs
    • Réduction du temps de travail
    • Compte épargne temps
    • Télétravail
  • La vie au travail :
    • Aménagement des locaux
    • Articulation vie professionnelle, vie privée
    • Intégration des nouveaux arrivants
    • Gestion du milieu de carrière
    • Gestion de la fin de carrière
    • Mobilité verte pour les déplacements domicile travail
    • Place des travailleurs handicapés
    • Accompagnement des salariés aidants
    • Utilisation des outils informatiques et droit à la déconnexion.

(illustration extraite du film Les Temps modernes avec Charlie Chaplin, 1936 – DR)